Unbroken

Bonjour à tous délicieux aventuriers !

Aujourd’hui je vais vous raconter l’histoire d’un jeu solitaire très intéressant, qui m’a marqué autant par son ambiance sombre que par sa mécanique simple, presque épurée même, mais diablement efficace ! Il s’agit d’Unbroken, un projet Kickstarter pour lequel il vous reste moins d’une semaine si vous souhaitez craquer afin d’occuper quelques-unes de vos nuits solitaires (en tout bien tout honneur évidemment).

Ce jeu de carte inspiré de dungeon crawler vous met dans la peau d’un aventurier dont le groupe s’est fait dévaster lors de votre dernière expédition à la recherche de richesse. Seul survivant, fou de rage, vous décidez de vous vengez en faisant mordre la poussière à tous les monstres qui vous ont mené la vie dure et retournez dans ce donjon, bien mal en point. Sentez-vous ce petit fumet de Dark Souls où de Darkest dungeon dans l’air ? Ce n’est pas un hasard si vos narines sont en émois, l’ambiance est bel et bien au rendez-vous.

Votre serviteur a participé à une review vidéo de ce jeu en collaboration avec Matthieu, un youtuber de jeux de société et de jeux switch, très sympathique ! Merci à toi pour cette invitation à présenter le jeu sur ta chaîne !

La Mécanique ?

UnbrokenTeaser

J’évoquais la simplicité des règles en introduction, je me dois ici d’en préciser la fluidité et la facilité de prise en main. Unbroken se révèle bel et bien être un dungeon crawler mais il s’éloigne des codes classiques Améri-trash qui y sont associés pour au contraire vous offrir un véritable jeu de gestion de ressources plutôt européen. Assez rare me direz-vous, je ne peux qu’en convenir, mais ça fonctionne, et plutôt bien même !

A l’aide de différents plateaux vous permettant de suivre l’évolution de vos différentes ressources telles que le bois, le métal ou votre nourriture,  ainsi que vos efforts – légers, moyens et lourds – représentant votre énergie vitale en quelque sorte, les tours se composent de deux phases.

plateaux.jpg

La préparation où étape durant laquelle vous choisirez la meilleur manière d’entreprendre le voyage vers votre objectif. Différents choix d’actions de préparation-vous sont proposés et  vous offrent principalement la possibilité de convertir vos ressources, par exemple vous transformez quatre efforts légers en un moyen, ou deux moyens en un lourd, observer le chemin afin de révéler plus de cartes lors de votre voyage, etc. … Cette préparation est importante car elle vous permettra de vous éviter la désagréable déception de ne pouvoir utiliser une carte rencontre par manque de la ressource demandée.

Ne pensez pas que le but de la préparation se résume à n’obtenir que les plus coûteuses ou les plus dures à obtenir, cela ne fera que vous faire plonger vers votre perte.

rencontres

La seconde phase est celle de rencontre et représente les obstacles ou lieux que vous découvrez au cours de votre voyage. Vous devez en choisir une à exploiter parmi les deux ou plus que vous aurez révélé afin de bénéficier de ce qu’elle peut vous offrir. Toutes les cartes rencontres sont composées de la même manière, à savoir une icône temps qui définit la durée de cette rencontre,  une partie  « ressources à dépenser » ainsi qu’une autre « partie ressources gagnées ».  C’est lors de ces événements que s‘exprime la profondeur de gestion  européenne du jeu. Vous êtes soumis au choix permanent de l’investissement d’une ressource au profit d’une autre afin de progresser, et surtout en prévision des prochaines rencontres que vous ferez. Plutôt simple non ?

Cette facilité mécanique ne se montre cependant pas redondante car elle sera toujours mise à mal par les quatre rencontres de boss qui suivront chaque fin de phase d’exploration.

time flowing.gif

J’évoquais tout à l’heure une jauge de temps qui s’égrène au fur et à mesure de vos rencontres. A tout moment vous pouvez décider d’interrompre vos explorations et de prendre la direction du boss de l’étage où vous vous trouvez afin d’en découdre avec lui … sauf que vous ignorez de quel monstre il s’agit ! Il n’est donc pas évident d’être bien préparé à l’inconnu ! Heureusement une étape de préparation vous permet de scouter votre proie afin d’éviter les mauvaises surprise. Si vous traînez trop par contre, ce Némésis se fera un malin plaisir à vous tendre une embuscade, rendant plus compliqué et périlleuse votre rencontre, aussi est-il intéressant de toujours engager le combat plutôt que de laisser l’initiative au Boss.

Un combat se déroule de manière asynchrone, à savoir que vous dépensez vos ressources pour lui porter des attaques, mais vous jetez un dé afin de définir l’attaque de votre ennemi qui peut vous érafler comme vous faire perdre des efforts ou vous appliquer des conditions négatives comme le poison, la paralysie …

boss

Comme tout bon dungeon crawler, après avoir vaincu votre adversaire, vous gagnez des ressources mais également des compétences qui modifieront vos parties en compléments des capacités spécifiques des quatre personnages disponible : la brute, le chasseur, le sage et le voleur. Il ne vous reste plus qu’à vaincre le 4ème Némésis afin de terminer victorieux … bon courage !

Le Matériel :

matériel

Unbroken n’étant pas encore disponible, l’auteur a eu la riche idée de faire tester son travail via la plateforme de jeu de plateau Steam : TableTop Simulator, ou via une version Print ‘n Play. Bien que ce « jeu » PC ait été initialement vu comme un compétiteur déloyal envers le monde de l’édition du jeu de plateau de par la gratuité des mods réalisés par les fans vous permettant de jouer à presque tous les jeux existants, je suis très satisfait de voir qu’il est aujourd’hui envisagé comme un média de partage et d’essai!

En effet, le passionné de jeu de plateau que je suis ne s’arrête pas au simple plaisir d’une expérience de quelques parties sur un jeu, vient un moment ou le désir de posséder le matériel qui le compose et de soutenir son auteur prend le pas !

Au cours de la campagne, de nombreux paliers additionnels ont été débloqués par le financement des contributeurs avec pour but d’améliorer la qualité matérielle du jeu. Les différents formats de cartes ainsi que la boîte sont désormais en finition toilée. Cette dernière voit également son épaisseur augmenter et se parera d’un reflet UV en couverture. Les plateaux de suivis seront fournis en double épaisseur afin d’éviter les chocs imprévus qui envoient balader vos jetons sur la table.

Enfin j’apprécie d’autant plus l’intention de l’auteur de porter l’investissement de ses contributeurs au-delà de la simple notion financière en leur proposant de créer et voter pour 3 cartes compétences et rencontres  qui verront le jour dans la version finale du jeu. Un passionné qui s’adresse à d’autres passionnés et non pas à des portefeuilles, quelle belle évolution de mentalité pour la Plateforme au « K » vert.

Provoquant un certain engouement dans la communauté des joueurs avec ses 11000 contributeurs actuels, la mise à disposition des chartes graphiques du jeu va permettre aux plus passionnés d’entre nous de créer une quantité faramineuse de contenu additionnel sous formes de héros, de rencontres de monstres ou encore de compétences. Un énorme jeu communautaire est en train de voir le jour, n’hésitez plus à y prendre part !

Les Illustrations ?

Le design de ce jeu d’aventure bénéficie d’une iconographie vraiment claire et bien détaillée, ceci permettra aux anglophobes de s’approprier facilement les mécaniques de base sans souffrir de leur lacune shakespearienne. L’univers aux tonalités sombres  n’empêche néanmoins pas un ensemble d’illustrations uniques, bien investies par le dessinateur tant dans le thème que dans l’originalité. Son interprétation macabre de monstres et difformités issues d’esprits torturés m’a vraiment apporté une immersion sans faille.

 

Le style des cartes est très épuré et réfléchi, clair sans être trop redondant.

J’apprécie d’autant plus le désir de l’auteur de nous offrir des illustrations alternatives pour les héros, un petit plus qui semble désuet mais offre encore plus d’empathie avec son personnage, car il est toujours mieux d’avoir un choix à faire que de s’en voire imposer un !

La rejouabilité ?

Un jeu de type « die & retry » se confronte toujours à la nécessité d’un équilibre parfait entre difficulté et challenge. A rendre un jeu trop complexe, on risque de décourager le joueur de poursuivre sa quête et recommencer son aventure, mais avec une difficulté moindre et un manque de challenge, la monotonie qui prend le joueur se révèle encore plus lassante et annihile toute envie de recommencer et s’ennuyer.

Unbroken a la particularité d’associer une gestion de ressources simple qui pose le joueur en tant qu’acteur de sa partie et pas simplement comme un « pousse-cube »,  à la découverte d’événements aléatoires dont les résultats découlent de sa bonne ou mauvaise préparation. Sans se révéler implacable, ce jeu vous fait progresser à votre rythme en apprenant de vos erreurs et en les évitant lors de parties ultérieures pour aller encore plus loin ! J’aime cette sensation de progression et d’évolution grâce à ma compréhension du jeu, de ses pièges et de sa mécanique. Je suis heureux d’une certaine manière de me trouver seul responsable d’un échec au cours de l’aventure, et ne pas pouvoir pester sur des jets de dés aléatoires qui faussent toute ma partie par manque de chance.

Il s’agit là d’un pari sur l’avenir de ma part, mais je pense que la rejouabilité de ce jeu va devenir exponentielle par l’investissement communautaire à le faire vivre et évoluer par la création indépendante de plusieurs rencontres, boss, héros et armes. Attendez-vous à de belles surprises en Print ‘n Play par des passionnés !

Conclusion ?

 

Unbroken est une sorte d’ovni qui s’annonce de manière plus ou moins opportuniste peu de temps après le succès en France de One Deck Dungeon. Bien qu’ils partagent le même thème et que ce dernier soit un excellent jeu, ce nouveau concurrent pourrait bien s’avérer être un rival de taille compte tenu de sa mécanique simple, de son prix modique et de la diminution de la part aléatoire qu’il propose en cours de partie. Ouvert aux passionnés de la customisation, il permettra selon moi de faire naître des vocations chez les imaginatifs qui souhaitent apporter leur pierre à l’évolution d’un jeu en créant de nouveaux éléments pour ce dernier. Il réunira via ce système de suivi des réussites et échecs d’aventure sur application mobile les joueurs compétitifs ou de simples amis qui voudront comparer leurs scores.

A l’image du héros au moral « incassable » que vous incarnez dans cette aventure, ce jeu risque de faire beaucoup parler de lui une fois la campagne terminée et son apparition dans nos ludothèques. J’espère qu’après cet article, vous souhaiterez vous aussi faire partie de son histoire et lui donner la grandeur qu’il mérite !

Plus que quelques jours pour le soutenir, ça se passe par ici !

cropped-logo_v4pour-png_plan-de-travail-11.png


shakespeare 2
Présentation vidéo du jeu par la société des jeux.

 

 

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :