Kingdomino

KINGDOMINO

Bonjour délicieux souverains ! S’il existe des génies dans chaque discipline, je peux dire que Bruno Cathala se rapproche une fois de plus de ce titre en innovant la mécanique du Domino avec ce superbe jeu que j’ai récemment testé avec des amis : Kingdomino. Remanier et légèrement complexifier des mécaniques de jeu simples, voilà un pari audacieux mais qui peut payer !

Dans ce petit jeu familial mais très stratégique, vous devrez construire votre royaume de sorte à ce qu’il vous rapporte le plus de points en fin de partie à l’aide de dominos non pas chiffrés, mais illustrés de terrains types tels que des champs, des marais ou des forêts. Avec des règles simples et intuitives, vous pourrez vous lancer dans la réalisation du plus rentable des royaumes !

La Mécanique ?

Kingdomino est donc un jeu de dominos illustré grâce auxquels vous devrez aménager le royaume le plus prestigieux dans une dimension limitée de 5 x 5 carrés, considérant qu’un domino vaut pour deux carrés dans sa longueur. Il faudra donc faire des choix bien réfléchis lors de la sélection de vos tuiles, mais aussi de leur placement sur votre plateau de jeu. En effet, une fois toutes les tuiles utilisées, il vous faudra sélectionner la portion la plus rentable de votre royaume, au risque de devoir éliminer quelques morceaux de dominos qui en dépassent.

La comptabilisation des points emprunte une mécanique simple, vous multipliez le nombre de terrains adjacents d’un même type par le nombre de couronnes, sorte de prestige, représentés sur ces dernières. Considérant que le nombre de dominos couronnés est plus limité que ceux ne l’étant pas, des opportunités de dernière minutes lors de la révélation des tuiles à choisir pourront vous faire réviser votre stratégie, tant pour marque plus de points que pour bloquer un coup à votre adversaire. Entre offensive et défense, il vous faut être perspicace sur le score de vos adversaires ainsi que le vôtre.

Le Matériel ?

Passant la première impression de la boîte de Kingdomino aux graphismes plus qu’enfantins et très colorés, le couvercle une fois ôté révèle un matériel d’une qualité surprenante par rapport aux attentes que j’avais pour ce qui m’a été décrit comme « un petit jeu rapide pour s’échauffer les méninges ». Les dominos en cartons sont d’une épaisseur remarquable, très agréables à tenir en main, le recto satiné et le verso lisse et brillant. Les meeples en forme de monarques couronnés sont bien dans le thème du jeu, et trouvent leur place dans ce qui ressemble plus à un goodies qu’à un élément indispensable du jeu, à savoir des petits châteaux en 3D réalisés à l’aide de 4 cartons interconnectés ensemble. Il est bon de signaler qu’ils rentrent à la perfection dans le thermoformage de la boîte.

merci à JB Rochais
Boîte de Kingdomino. Merci à JB pour la photo

Les Illustrations ?

Comme la boîte le laissait entendre, les illustrations extrêmement colorées et naïves sont représentées avec simplicité sur chacun des dominos. Cependant, le travail de Cyril Bouquet ne s’arrête pas à une monotone répétition des décors. Des éléments tels que des maisonnettes, ou des ombres d’animaux mythiques vont égayer les paysages de ces tuiles.

 

La Rejouabilité ?

Kingdomino se présente comme un jeu familial stratégique mais simple à aborder tant au niveau des règles que des mécaniques. Chaque fin de partie appelle à une suivante assez rapidement et facilement tant la mise en place du jeu est aisée. Vous ferez peut être fureur avec ce jeu durant les vacances ou lors de repas de famille. Chaque partie offrant une nouvelle stratégie, vous pourrez le rentabiliser au niveau du nombre de parties sans aucun doute.

Cependant, pour y avoir joué à quatre, j’imagine un côté un peu plus rébarbatif lors de sessions en duel, ou la concentration sur son terrain laisse la place au blocage permanent de la stratégie de l’adversaire.

Conclusion ?

 

J’ai été vraiment agréablement surpris lorsque l’on m’a proposé de tester ce jeu pour lequel j’avais de gros à priori, n’étant pas un passionné des dominos. Cependant la surprise a été au rendez-vous, et ma foi elle fut fort agréable ! Bien que j’y ai ressenti de grosses inspirations, notamment celle de SmallWorld sur les illustrations, et celle de 4gods pour la mécanique des points, ce jeu démontre encore qu’avec peu d’éléments mais beaucoup de réflexion, on peut révolutionner un genre afin de lui donner sa place au panthéon des belles œuvres à posséder dans sa ludothèque. Je le proposerai sans aucun doute à Meeplina lorsqu’elle sera en âge d’y jouer !

cropped-logo_v4pour-png_plan-de-travail-1.png


Philibert
Achetez ce jeu sur http://www.philibertnet.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :